[Test PS5] Ratchet & Clank : Rift Apart

par | Août 1, 2021 | Jeux vidéos | 0 commentaires

Développeur : Insomniac Games

Editeur : Sony

Sortie : 11 Juin 2021

Durée de vie : 6 heures en ligne droite, 12 à 15 heures pour le 100%

La saga Ratchet et Clank est une de mes sagas de jeux vidéos préférés. Il aurait donc été dommage de me passer de ce dernier titre, annoncé alors que la saga semblait en sommeil…

Alors que Ratchet et Clank sont honorés, ce dernier offre à Ratchet un dimensionnateur qui devrait lui permettre de retrouver enfin les Lombax. Mais Nefarious débarque de nouveau et s’en empare. Pas de bol, il le détraque et ça fout un bordel sans nom, créant des ponts entre les dimensions…

Un pitch qui est aussi l’occasion de découvrir un nouveau personnage principal : Rivet. Une Lombax recherchée notamment pour ses actions de résistance face à l’empereur Nefarious de sa dimension. L’occasion pour le jeu de nous faire alterner entre la prise en main de Ratchet et celle de Rivet. Dans les faits, soyons clair, ça ne change rien hormis la couleur du Lombax. Et cela se justifie d’ailleurs dans le scénario. Un scénario d’ailleurs plutôt bien écrit avec des cinématiques bien mise en scéne. Dans la lignée des récentes productions de Playstation Studios, on retrouve là une vraie qualité de production avec une VF de haute volée (évidemment, on retrouve les voix habituelles de la saga, mais aussi des nouveaux, dont Emanuel Curtil ! Globalement, toutes les forces de l’équipe se sont concentrés sur l’aspect technique du jeu.

Preuve en est qu’il s’agit clairement du plus beau jeu de la PS5. Les décors sont sublimes et varié, et mettent à l’amende la quasi totalité des films d’animations sortis jusqu’à aujourd’hui (ce qui questionne sur le niveau des studios d’animations type Dreamworks ou Disney au passage…). Mais tout cela à un contre coup : le jeu ne propose rien de bien nouveau en matiére de gameplay. On parcourt des planétes, souvent assez linéaire (on notera tout de même une planéte ouverte, d’ailleurs trés bien foutue !) en abattant des ennemis grâce aux nombreuses armes du jeu (et il y en a quelques une de nouvelles… dont un T.E.L.T. évidemment !) et avec les gadgets, moins nombreux que par le passé. On trouve quelques séquences de réflexions bien vu avec Clank et des piratages sympatoches. On retrouve aussi évidemment quelques arénes et des collectibles (boulons en or, robots-espion, tenues…) mais rien de franchement nouveau là dedans.

Côté armes, elles ont toujours plusieurs niveaux, et on peut les améliorer à l’aide du raritanium, et le mode défi est bel et bien toujours présent une fois le jeu fini. Mais avec le temps, on sent que la saga a atteint un point qui l’empêche de vraiment se renouveler. Ainsi, si ce Rift Apart est excellent dans son genre, il ne prendra pas le fan par surprise. Et par exemple, le principe du changement de dimension en jeu, est trop peu (même s’il l’est bien) exploité. L’humour aussi semble un peu plus en retrait, même si quelques eclats de rires se font toujours présent. Alors voici un excellent jeu quoi qu’il en soit, bien que j’espére que la suite, si suite il y a, parviendra à faire plus long (le jeu est court en ligne droite), plus fort, plus ouvert, et avec plus de surprise !

Note : 8 sur 10.

0 commentaires

Laisser un commentaire

0 Partages
Tweetez
Partagez